LAC SEVAN

SEVAN-PHare

Extrait: « Sur les ponts de l’Arménie » de Leila Gorguis

Je perce ma bulle avec le bout de ma plume

Lac Sevan apparait comme un ciel parsemé

De voiles emportés par un départ ineffaçable

Je le vois transpirer les écumes du passé

Humecter le front d’un peuple ressuscité

Et d’un pays qui ne cesse d’exister

Sevan, tu dégages une sérénité qui lisse les rides et les plis de toutes les époques. Ta quiétude suscite la nostalgie et apaise le mal, la peine, et surtout les esprits démangés par l’amertume du regret. Tu es un horizon ouvert à toutes les possibilités, d’un rêve fredonnant ou d’un adieu fulminant. Te quitter c’est laisser un morceau serein de ma conscience se promener sur tes rivages, en attendant que le voilier du retour jette l’ancre à nouveau dans ton immensité.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s